Comment utiliser sa ponceuse excentrique ?

Choisir une bonne ponceuse excentrique, c’est bien, mais savoir s’en servir, c’est encore mieux. Cela dit, cet appareil électroportatif n’est réellement pas un des plus complexes à utiliser. Efficace et simple d’utilisation, la ponceuse orbitale excentrique vous fait gagner du temps, sans vous demander de gros efforts. Voici donc point par point, comment utiliser cet outil de ponçage.

utilisation ponceuse excentrique

Plusieurs utilités

La ponceuse excentrique est polyvalente, et permet généralement une abrasion et un ponçage efficace, que ce soit pour dégrossir, réaliser une finition ou une semi-finition. Selon la puissance et les capacités de la ponceuse que vous avez en main, vous pourrez vous attaquer à différents matériaux, dont principalement le bois, le métal, ou le PVC, qu’ils soient peints ou non-peints.

Vous pourrez également utiliser votre ponceuse, avec un disque en laine de mouton, en feutre ou bien en éponge, pour polir les carrosseries de vos véhicules, repolir un marbre qui s’est terni avec le temps ou encore de peaufiner une cire.

Le choix des abrasifs

Il faut prendre soin de bien choisir ses disques abrasifs en fonction de la surface que l’on souhaite poncer. Le disque se fixe très simplement, d’une seule main, sur le plateau auto-agrippant. Ils sont standards, pour que les orifices d’aspiration du plateau s’ajustent parfaitement à ceux des disques.

On trouve de nombreux abrasifs différents. Les disques corindon, généralement de couleur rouge, seront utilisés pour les matières dites « sèches », ce sont les bois non-résineux ou bien les métaux qui ne sont pas recouverts de peinture. Il y a ensuite des disques anti-encrassement qui sont enduits d’un genre de talc pour que les matières telles que la peinture ou la résine n’adhèrent pas à l’abrasif. Cela permet au disque de durer plus longtemps.

Les disques abrasifs possèdent différents grains, qui sont notés de 40 à 600. Plus le chiffre est bas, et plus l’abrasion sera agressive et importante, plus il est élevé et plus la finition sera soignée.

Un fonctionnement particulier

Avant d’utiliser une ponceuse excentrique, il faut savoir comment elle marche. Le plateau n’est pas relié directement en bout de l’arbre moteur, il est excentré sur un plateau intermédiaire, par le biais d’un roulement à billes.

Il est également équipé d’ailettes, ce qui lui permet d’avoir une fonction d’aspiration intégrée qui récupère un maximum de poussière lors du ponçage.

Lorsqu’on démarre l’appareil, le plateau ne tourne pas de suite. Il suit d’abord un mouvement elliptique, et c’est la force centrifuge qui créé par la suite une rotation. C’est la combinaison de ces deux mouvements qui permet une abrasion en spirale, nous évitant de repasser trop facilement au même endroit. On obtient alors un ponçage proche d’une travail manuel de très bonne qualité.

Bien sûr, l’efficacité du ponçage dépend de la fréquence des oscillations, de l’amplitude de l’appareil, de la pression exercé sur la machine, de la puissance d’aspiration et bien évidemment de la taille et du grain de l’abrasif choisi.

La prise en main

Il faut savoir que l’on trouve 2 types de ponceuse excentrique. Les ponceuses de paume, munies d’une seule poignée, qui sont généralement moins puissantes et plus compactes, et seront plutôt utilisées pour des travaux de finition tout en finesse ou du polissage. Il y a ensuite les ponceuses à deux mains, celles qu’utilisent généralement les professionnels. Elles sont plus puissantes, et s’accommoderont plus simplement des grandes surfaces. Elles sont pour autant très précises et permettent également de travailler correctement les finitions.

Au boulot !

Premièrement, et c’est important, une ponceuse excentrique, comme la majorité des outils électroportatifs, ne s’utilise pas dans un lieu humide et seuls les ponçages à sec seront autorisés. Vérifier également bien sûr la notice de votre appareil qu’il soit compatible avec le matériau que vous souhaitez poncer. Les plâtres et les enduits ne seront pas acceptés par tous les modèles.

Lorsqu’on démarre l’appareil, il y a deux méthodes selon le type de matière. Pour de gros travaux sur des matières résistantes, vous pouvez démarrer en l’air, sans toucher la surface, puis poser doucement lorsque le disque tourne à la bonne puissance. Pour une surface délicate, il est préférable de poser d’abord le patin et d’appuyer ensuite sur la gâchette.

Selon votre ponceuse, vous la prendrez en main de façon différente. Sur une ponceuse à deux poignées, la première avec la gâchette permet simplement de maintenir la machine à plat, et la seconde à l’avant vous permet de diriger plus facilement le ponçage. Cette seconde poignée se démonte ou pivote, pour travailler au ras d’un obstacle.

C’est la pression que vous exercerez sur la ponceuse qui va décider en partie du niveau d’abrasion. Il faudra s’entraîner un peu pour trouver le bon dosage, mais ça vient très rapidement. Pour un dégrossissage, il ne faut presque pas appuyer, et simplement laisser glisser la machine à pleine vitesse. La simple force centrifuge retirera un maximum de matière. Pour la finition, il faudra appuyer un peu plus sur le haut du carter, en réduisant la vitesse de rotation. Le mouvement excentrique sera plus conséquent, et l’efficacité maximale.